La PEUGEOT 9X8 débutera en Championnat du Monde d’Endurance de la FIA dès Juillet à Monza !

La PEUGEOT 9X8 débutera en Championnat du Monde d’Endurance de la FIA dès Juillet à Monza !

Moins d’un an après la révélation de la maquette qui présentait son concept et seulement cinq mois après le début de son programme d’essais en piste, le team Peugeot Total Energies dévoile aujourd’hui à Portimao, sa voiture de course : la PEUGEOT 9X8, Hypercar 4 roues motrices Hybride (électrique). Celle-ci fera en juillet ses débuts en compétition à Monza, pour la 4e manche du Championnat du Monde d’Endurance 2022 de la FIA (WEC). Le compte à rebours pour PEUGEOT est déclenché.

Cette Hypercar disruptive, qui se distingue tout d’abord par l’absence d’un aileron arrière, est conforme au nouveau règlement Le Mans Hypercar (LMH) ACO/FIA, qui privilégie des programmes plus accessibles que le LMP1 mais tout aussi compétitifs. Elle reflète la stratégie de PEUGEOT : une allure unique caractérisée par sa posture féline et sa silhouette d’une pureté inédite, une identification de marque forte avec des optiques et une signature lumineuse à trois griffes, typique des modèles de production, une mise en avant de ses savoir-faire technologiques, une hybridation électrification indispensable à la transition énergétique, une exigence d’excellence en compétition.

En 2023, le Team Peugeot TotalEnergies participera à l’édition du centenaire des 24 Heures du Mans, face à de nombreux concurrents internationaux, qui auront opté pour des LMH comme PEUGEOT ou des Le Mans Daytona Hybrid (LMdH). Ce rendez-vous, qualifié par de nombreux spécialistes de sommet du nouvel âge d’or de l’Endurance, s’annonce d’ores et déjà historique. Même si la 9X8 n’est pas en piste en 2022, PEUGEOT a souhaité aller dès cette année à la rencontre de ses fans pendant et autour des 24 Heures du Mans. En association avec l’Automobile Club de l’Ouest, une exposition intitulée « ALLURE – LE MANS » et consacrée à l’épopée de la marque PEUGEOT dans la Sarthe ouvre ses portes le 21 Mai au musée des 24 Heures du Mans. La maquette originale de la PEUGEOT 9X8 y figurera en bonne place jusqu’en septembre.

Six pilotes composeront les deux équipages alignés en Italie, pour les 6 heures de Monza, le 10 juillet. Il s’agit de Paul Di Resta (ECO), Loïc Duval (FRA), Mikkel Jensen (DAN), Gustavo Menezes (USA/BRA), James Rossiter (GBR) et Jean-Eric Vergne (FRA). La composition des équipages sera officialisée dans les semaines à venir, suite aux derniers tests réalisés avant l’entrée en compétition. Les PEUGEOT 9X8 seront également engagées aux 6 Heures de Fuji, en septembre, puis aux 8 heures de Bahreïn, en novembre.

TOUR AUTO 2022, UN PETIT TOUR VERS L’OUEST.

TOUR AUTO 2022, UN PETIT TOUR VERS L’OUEST.

De Paris à Andorre en passant par La Baule, Limoges, Bordeaux et Pau, la 31ème édition approche à grands pas. À découvrir sans plus attendre quelques-uns des véhicules phares de ce rallye tant attendu.

EN RÉGULARITÉ

Charles Beau de Lomenie engagera sa Panhard Dyna X87, accompagné de son co-pilote Stéphane Philippeau. Présentée pour la première fois en 1946 au salon de Paris, Panhard commercialise sa première voiture de série. Elle possède un tout petit moteur 850 cm3 avec le fameux bi-cylindre Panhard, qui produit 38 chevaux. Sa carrosserie en aluminium et son faible poids lui permettront d’atteindre une performance honorable entre 100 et 130 km/h. Bien que ce ne soit pas la voiture de course la plus rapide, la Panhard Dyna X87 est une habituée des compétitions, plusieurs versions de la Panhard Dyna X seront vues en course, entre les 24 Heures du Mans en 1950 où la bataille avec les Renault 4CV fut ardue, ou encore le Tour de France ou elle finira quatrième au classement général.

photo Marc Vorgers

Dans le registre des « petites » voitures à suivre cette année, on découvrira la BMW Isetta 600, un modèle à trois roues qui loge tout de même quatre personnes ! Aussi insolite qu’exceptionnelle, cette mini voiture fut produite à 35 000 exemplaires entre 1957 et 1959. Les liaisons seront longues pour Marie-Christine Perin et sa co-pilote mais elles pourront découvrir les paysages magnifiques du parcours et nous, nous aurons plaisir à la voir sillonner les routes de Paris à Andorre.

La Volvo PV 544 de 1960 est engagée par Peter Kappeler et Marie Tourneur. Cette petite berline 2 portes, est un modèle dérivé de la mythique PV 444 et produite en parallèle de la série Amazon sortie en 1958. La particularité de la PV 544 vient de la fiabilité sans précédent de sa mécanique et de son moteur légendaire le B18 (1 800 cm3) qui développe 75 chevaux. Il est même dit que certains ont atteint les 3 millions de kilomètres ! Couplée à sa performance, la PV 544 fut un véritable succès en rallye entre 1959 et 1965.

EN COMPETITION

photo Mathieu Bonnevie

En 2022, nous célèbrerons le 50ème anniversaire du doublé des Ferrari 365 GTB4 Gr. IV 1972 et la victoire de Jean-Claude Andruet au Tour de France Automobile sur celle que l’on surnommait déjà « Daytona ». Un succès qui s’est confirmé avec 3 victoires dans la classe GT en 72,73 et 74 aux 24 Heures du Mans. Considérée comme la dernière des GT construites pour la compétition, elles pouvaient aussi être très performantes sur route, d’où leurs nombreuses participations au Tour de France Automobile. Un prototype, 15 voitures préparées par Ferrari et huit par des écuries privées et reconnues par la marque au cheval cabré ont été construites.

PhotoClassicRacing

Depuis ses débuts en compétition en 1965 jusqu’à aujourd’hui, la 911, véritable machine à gagner est une des voitures phares de la compétition automobile. Cette année, on suivra de près les chronos des 911 Carrera 3.0 RSR de 1975, un modèle spécialement conçu pour la compétition. L’exemplaire présenté ici « Christine Laure » est engagé par Richard Hywel Evans et Richard Chapman. Ce bolide ne nous est pas inconnu avec ses trois participations au Tour de France en 1975, 1976 et 1978. En 76, c’est Thierry Sabine, célèbre pilote à l’origine de la création du Paris-Dakar en 1978 qui était au volant de cette bombe.

photo Julien Hergault

Après l’impressionnante Matra Ms 650, John of B sera de retour cette année avec la voiture la plus emblématique de la marque avant l’aventure Formule 1, une Ligier JS2. Avec 460 chevaux sous le capot, cette fusée est une habituée des rallyes et des courses sur circuit : Mugello, Dijon, Monza, Spa ou encore les 24 Heures du Mans. En 2018, nous avions eu la chance d’avoir 2 Ligier, une JS2 de 1973 aux couleurs de BP et la fameuse JS 2 DFV dans une configuration Le Mans 1975 que nous retrouverons cette année.

33e e-TROPHEE ANDROS, UNE FINALE EXPLOSIVE A SUPER-BESSE

33e e-TROPHEE ANDROS, UNE FINALE EXPLOSIVE A SUPER-BESSE

La 4e épreuve de l’e-Trophée Andros à Lans-en-Vercors a rendu son verdict, JB Dubourg (#1 – Renault Zoé – DA Racing)) a gagné les deux manches et refait son retard sur Aurélien Panis (#38 – Isère – Saintéloc Racing) et Yann Ehrlacher (#68 – AS 01 Dupessey – M Racing). Aux jeux du décompte des points du plus mauvais résultat de la saison, Il reprend même la tête du classement général avec un point d’avance sur Aurélien Panis et deux points sur Yann Ehrlacher. En catégorie Elite (gentlemen driver), ils sont deux pilotes à pouvoir devenir champion, Jimmy Clairet (Peugeot e208) devance Eddy Bénézet (Métropole Nice) de 14 points.

Cette finale à Super-Besse s’annonce explosive, le calcul est simple, le pilote qui termine  devant ses adversaires est champion. Les organisateurs et notamment Claude Michy ont fait un énorme travail pour proposer aux concurrents et au public, un magnifique  circuit de glace.  A noter la présence de Sébastien Loeb tout juste auréolé de sa magnifique victoire au rallye Monte-Carlo, venu soutenir  son team SLR.

La Q1 (première manche de qualification) donne le ton, JB Dubourg sur sa lancée de Lans-en-Vercors prend la tête devant Pierre-Yves Loubet et Nathanaël Berthon , le régional de l’étape.

En Q2, JB Dubourg enfonce le clou et remporte la manche devant Yann Ehrlacher et Aurélien Panis qui a du mal à trouver de la performance. Pour JB Dubourg la victoire finale se profile mais on va assister à un rebondissement, dans  Super Pole qui rapporte 6 points au vainqueur, JB Dubourg ne prend que la 5e place et perd de précieux points sur Yann Ehrlacher qui gagne la Super Pole et revient a un point du leader. Aurélien Panis est distancé et sauf un miracle ne peut plus prétendre au titre.

Tout va se jouer dans la finale sur 6 tours. Yann Ehrlacher en pole position fait un départ canon devant  JB Dubourg et Olivier Panis. A ce stade c’est Yann Ehrlacher qui est vainqueur s’il conserve le record du tour qui vaut un point. Dans le dernier tour de course, le team Dubourg joue une stratégie gagnante, Il demande à Pierre-Yves Loubet le 3e homme du team de prendre ses distances pour réaliser le record du tour et priver Yann Ehrlacher de la victoire finale de ce 33e e-Trophée Andros.

Yann Ehrlacher (#68 – AS 01 Dupessey – M Racing) double champion du monde WTCR remporte l’étape de Super-Besse et termine à égalité de points avec JB Dubourg (#1 – Renault Zoé – DA Racing). C’est la 1e fois dans l’histoire du Trophée Andros que le titre se joue dans les dernières secondes de la dernière course avec une égalité de points au classement général entre Yann Ehrlacher et JB Dubourg. Mais c’est ce dernier qui devient champion 2022 au vu de son plus grand nombre de victoires remportées cette saison. Le 3e homme de l’année n’est autre qu’Aurélien Panis (vainqueur en 2020 de la 1ère édition 100% électrique). Sébastien Loeb a tenu son rang avec une belle 5e place juste derrière les spécialistes de la glace.

La réaction du vainqueur : “C’est un sixième titre qui va rester dans les annales car remporter une compétition à égalité de points avec Yann, en e-Trophée Andros, c’est juste inédit ! C’était une saison à la fois intense avec des émotions en montagnes russes et à la fois merveilleuse avec un travail d’équipe hors pair. Je tiens à remercier le team, mes coéquipiers Emmanuel, Gérald, et surtout Nicolas et Pierre Louis qui ont cru en moi et sans qui nous n’aurions pas pu remporter ce titre ! C’est formidable, nous allons savourer ce titre tous ensemble ! « 

En catégorie Elite, c’est Natan Bihel (#68 – AS 01 Dupessey – M Racing) qui remporte à Super-Besse les dernières qualifications de la saison juste devant Julien Fébreau (#87 – GDM Pellets – DA Racing) le journaliste sportif spécialiste de la F1 sur Canal +. Après une bataille magnifique entre les deux hommes en finale, ils montent sur le podium de Super-Besse et Jimmy Clairet (#63 – Peugeot e208 – SP Compétition) le complète.

Au classement général, c’est Jimmy Clairet qui, pour sa 1e saison complète sur la glace et après avoir remporté 2 victoires et être monté à 5 reprises sur le podium cette année, repart avec le titre 2022 en catégorie Elite. Le fidèle Eddy Bénézet (#06 – Métropole Nice – DRP) monte sur la seconde marche et Nathan Bihel repart avec la coupe du troisième.

En AMV CUP Moto, Vivien Gonnet (#4 – Husqvarna) s’adjuge la dernière épreuve des deux roues. Il est entouré sur le podium de Super-Besse de Jullien Colomban (#17 – Sherco) et le local de l’étape, Romain Gioffre (#63 – KTM).

Au classement général des motards, véritables virtuoses de la glisse, Vivien Gonnet remporte son second titre consécutif. Il est entouré sur le podium final de ses deux rivaux et néanmoins amis, Jullien Colomban et Romain Gioffre.

3ème e-Trophée Andros 2022,  conditions extrêmes à Val Thorens.

3ème e-Trophée Andros 2022, conditions extrêmes à Val Thorens.

C’est à Val Thorens que les spécialistes de la glisse ont l’habitude de se retrouver pour la première épreuve de l’e-Trophée Andros.

Pour cette 3ème édition de l’e-Trophée Andros 2022, on retrouve dans la catégorie Elite Pro, le team victorieux 2021, DA Racing et son champion   Jean-Baptiste Dubourg (Renault Zoé) vainqueur à cinq reprises du Trophée Andros qui remet son titre en jeu face à une concurrence très affûtée. Son coéquipier Nicolas Prost (Renault Zoé) vise également la victoire sur cet e-Trophée. Parmi les favoris on peut citer le team SAINTéLOCK RACING et ses deux jeunes loups, Aurélien Panis (Audi A1) vainqueur de l’édition  2019, et Dorian Boccolacci (Audi A1) dont c’est la première participation en Elite Pro. Dans le team SP COMPETITION le pilote/manager Sylvain Pussier fait équipe avec  Nathanaël Berthon (Peugeot e208) qui part avec de grandes ambitions pour  la victoire finale. La bonne surprise vient du team DA RACING qui engage une 3ème Renault Zoé pour Romain Grosjean. Avec 9 participations et 3 victoires au volant d’une voiture thermique, il s’essaye au 100 % électrique sur les deux premières manche, Val Thorens et Andorre, avant de rejoindre les  Etats-Unis pour préparer sa 2ème saison en Indycar.

Deux autres équipes peuvent jouer les troubles faites, le team Sébastien Loeb Racing et son duo de jeunes talents, Jérémy Sarhy (vainqueur Elite 2020) et César Gazeau et le boss Sébastien Loeb participera à la finale de Super Besse. Dans le team M Racing by Yvan Muller on compte sur Yann Ehrlacher le nouveau champion du monde WTCR, pour décrocher la victoire. N’oublions pas les fidèles du Trophée Andros, Olivier Panis et Christophe Ferrier qui font équipe au sein du team DRP qui revient sur le Trophée avec beaucoup d’ambition.

En catégorie Elite les favoris sont nombreux : Gérald Fontanel (Renault Zoé), Eddy Benezet, Louis Rousset, Margot Laffite ou Clémentine Lhost  (Peugeot e208) devraient occuper les avant-postes.

La première journée de compétition se déroule dans des conditions difficiles, il neige abondamment sur Val Thorens et l’adhérence sur la piste évolue en permanence. Dans ce contexte les plus expérimentés trouvent rapidement leur marque et c’est jean-Baptiste Dubourg le vainqueur sortant qui se montre le plus rapide, il gagne la manche de qualification, fait le 2ème temps de la super pôle et gagne la finale au terme d’une belle bagarre avec Nathanaël Berthon qui lui conteste la victoire jusqu’au drapeau à damier. Il est accompagné sur le podium de cette première journée de compétition par Nathanaël Berthon 2ème (Peugeot e208)  et Olivier Panis 3ème, auteur d’une belle performance. Les perdants de la journée sont Aurélien Panis et Yan Ehrlacher qui n’ont pas encore trouvé les bons réglages pour être compétitif.

Pour la deuxième manche, le dimanche matin, la météo ne s’améliore pas malgré quelques timides éclaircies mais la compétition est toujours aussi acharnée. Les battus de la veille prennent leur revanche et c’est Aurélien Panis (Audi A1) qui fait parler le poudre, il réalise un sans faute et gagne cette deuxième manche devant Yann Ehrlacher qui revient dans le peloton de tête et Nathanaël Berthon  avec ses  deux podiums, réalise la bonne opération. Déception pour Jean-Baptiste Dubourg qui embarque  60 kilos de lest. Il limite les dégâts et prend la 4ème place.

Au classement général de l’Elite Pro, après deux manches, c’est Jean-Baptiste Dubourg (Renault Zoé) qui prend la première place avec deux petits points d’avance sur Nathanaël Berthon (Peugeot e208) qui réalise un week-end solide avec deux podiums. Yann Ehrlacher  recolle au classement à la 3ème place.

En catégorie Elite, carton plein pour le DRP, Eddy Benezet gagne les deux courses du week-end devant son coéquipier Louis Rousset et prend la tête de la catégorie.

Les favoris sont au rendez-vous du 3ème e-Trophée Andros, prochaine manifestation en Andorre les 17 et 18 décembre.

Retour du Mans Classic en 2022

Retour du Mans Classic en 2022

Peter Auto vient de communiquer les dates du Mans Classic 2022. Un événement exceptionnel qui s’annonce pour du 30 juin prochain et cela jusqu’au 3 juillet. L’équipe de Peter sait faire les choses en grand depuis 2002, date de création de cette course mythique. Cet événement est possible grâce à son partenaire privilégié, l’Automobile Club de l’Ouest. L’année 2018 fût un record en la matière avec 195 000 spectateurs et plus de 600 véhicules de course en piste. Au-delà de ça, les amateurs sont venus en masse avec leur automobile, précisément 8 500 modèles anciens. Un espace dédié dans l’enceinte du circuit avait été aménagé pour cela. Nous ne manquerons pas de revenir sur l’actualité de cet événement qui fête ses vingt ans…