Depuis déjà quelques années, Volvo, la firme suédoise aux mains du constructeur chinois Geely, est plutôt en forme et cela se voit sur les nouveaux modèles récemment dévoilés comme  le break V60.

 

Chez Volvo, le break a une place particulière qui a contribué à la renommée de la marque. La boîte carrée des années 80 a laissé la place, en 2018, à un break doté d’un design très moderne. Si l’aspect pratique du V60 reste une priorité, les designers ont mis l’accent sur le look. Un gros travail a été effectué sur les lignes. L’auto bénéficie de 12 cm supplémentaires grâce à la nouvelle plate-forme modulaire commune avec les autres modèles.

Cet étirement profite aux places arrière et surtout au coffre. Son volume atteint 529 litres et 1364 avec les sièges couchés. Le modèle V60 est bien loin des breaks cubiques, prisés des brocanteurs où une comtoise pouvait se loger dans le coffre !

Montée en gamme

A bord, on perçoit une montée en gamme. Un certain raffinement se dégage de l’habitacle. La suédoise joue les grandes dames et côtoie les standards allemands. Mais il y a un petit truc en plus, une atmosphère plus décontractée.

L’ensemble est bien insonorisé et confortable. On pourrait aller livrer cette fameuse comtoise à l’autre bout de la France sans ressentir la fatigue de la route. Le conducteur peut profiter du virtual cockpit. En revanche, il devra se concentrer pour comprendre toutes les subtilités de l’écran multimédia qui trône en position verticale au centre du tableau de bord.

Sous le capot, le moteur diesel de 150 cv ne démérite pas. Cependant, il vaut mieux opter pour le 190 ch. Associé à la boîte automatique Geartronic à 8 rapports, il permet d’obtenir du couple pour mouvoir, avec agilité, les 1740 kg du break. La V60 est taillée pour les longs parcours et n’aime pas être brusquée. Dans cette configuration, elle permet à ses hôtes d’avoir un confort optimal.

Le conducteur sera bien épaulé grâce à une instrumentation high-tech. Il aura à sa disposition une vingtaine d’aides à la conduite, comme la protection anti-sortie de route, la détection des piétons et animaux, la lecture des panneaux, l’alerte de franchissement de lignes…

Cerise sur la galerie ! Il peut faire confiance à un pilote semi-automatique. La direction, les distances de sécurité et la vitesse dans les embouteillages comme sur les autoroutes jusqu’à 130 km/h constituent ses principales compétences. Bien entendu, le conducteur peut reprendre la maîtrise du véhicule à tout moment.

Aux portes de la conduite autonome, le V60 allie modernisme et confort dans  une fourchette de tarifs allant de 39 790 euros à 49 290 euros.

 

J Meloni

Articles associés