Avec le badge Polestar, la V60 avoue son côté agressif. Elle revêt les attributs d’une sportive pour se placer sur terrain des Audi S4 Avant ou des Mercedes C 43 AMG. Mais le sang de la sportivité coule-t-il dans le moteur de cette nordique ?

Avec 367 ch sous le capot et un couple de 470 Nm, des jantes de 20 pouces, transmission intégrale, Volvo vient chatouiller les Allemandes qui règnent en maître sur le marché de la puissance. Pour se hisser à leur niveau, Volvo a fait appel à sa division « hautes performances », baptisée Polestar, qui, depuis 20 ans, a engagé des Volvo en compétition.

L’ADN de Volvo n’est pas véritablement tourné vers la performance à outrance ou vers une sportivité accrue de ses modèles. Pour l’occasion, la marque suédoise a souhaité sortir une V60 différente et affronter ainsi directement les berlines allemandes qui revendiquent ce statut.

 

Pour y arriver, il faut employer les grands moyens et Volvo n’a pas hésité à revoir sa copie originale. Le « gentil » break familial, le R Design AWD de 306 ch, a reçu un traitement de choc pour une transformation radicale. Ce ne sont pas moins de 260 modifications qui ont été réalisées. Parmi les plus importantes, la motorisation bien entendue. Sous le capot, le quatre cylindres est passé de 21 à 367 ch avec ajout d’un gros turbo, sans parler des changements de bielles, de l’arbre à cames… La boîte auto Geartronic à huit rapports, accompagne sans problème cette grosse écurie.

Les attributs de la sportivité

Toute cette armada est transmise au sol par quatre amortisseurs Ohlins et grâce à des roues de 20 pouces sur lesquelles on retrouve des pneus Michelin Pilot Super Sport 245/35R20.

Pour ceux qui doutent de la griffe sportive de cette Volvo, la V60 est dotée de certains attributs, d’habitude rares chez Volvo. On retrouve ainsi des boucliers, une calandre ou encore un becquet spécifique des modifications Polestar. Pour renforcer l’aspect radical, le nubuk, le cuir et le carbone s’invitent dans l’habitacle. La planche de bord et les sièges sont en cuir.

Sur la route, les 254km/h sont rapidement atteints. Par ailleurs, elle abat le 0 à 100km/h en 4,8 secondes. Côté performances, on est bien servi. Cependant, la V60 (version break) manque de dynamisme, pénalisée par son côté lourdaud. Par ailleurs, les passages de vitesse pourraient être plus rapides. Le circuit ou les petites routes sinueuses ne sont pas forcément son territoire de prédilection. L’autoroute est très certainement le terrain de chasse de la V60 Polestar qui va aller se frotter sans rougir aux autres gros bras allemands.

Malgré un malus de 4 000 euros, la V60 Polestar reste compétitive face aux break allemands survitaminés avec un tarif de départ à 66 700 euros.

J Meloni

Articles associés