Toujours plus haut, c’est le crédo de Seat pour la version sport de la Leon qui porte le nom de Cupra. Cette dernière se décline en trois carrosseries : le coupé sport Cupra SC, la Leon Cupra 5 portes et la Leon Cupra ST (version break).

Le constructeur espagnol a souhaité mettre sur le marché une véritable famille. Et c’est malin de sa part car, désormais, le jeune père de famille un peu pressé, n’est plus obligé de faire un choix souvent déchirant entre une sportive quelquefois trop compacte et une berline confortable pour sa famille, mais moins fun. A partir de maintenant, il pourra opter sans hésitation pour la Leon Cupra ST ou sa version berline. Tandis que le célibataire préférera une Leon SC Cupra, la version trois portes. Grâce à ce tour de magie, Seat espère atteindre 10% du marché des compactes sportives et s’aligner sur une Mégane RS qui n’existe qu’en 3 portes, ou une Ford Focus ST qui, elle, au contraire n’existe pas en version 3 portes.

Habitacle soigné
Mais que propose cette Leon Cupra ? A vrai dire presque tout. La puissance, l’efficacité, le confort, la qualité, le style et enfin un tarif attractif. Côté performances, pas grand chose à signaler par rapport à la concurrence, si ce n’est que le 4 cylindres 2l TSI turbocompressé développe 280 cv, abat le 0 à 100km/h en 5,7 s en version SC et boîte DSG, avec un couple maxi de 350 Nm entre 1 750 et 5 600 tours/mn.
Le style est résolument sportif et contemporain. La voiture reprend les principaux codes esthétiques de la famille Volkswagen, comme les optiques avant et arrière et une ceinture de caisse assez haute. A l’intérieur, c’est du sérieux. Tout de suite, on remarque les sièges baquets en Alcantara bi-ton enveloppants, le volant trois branches multi-fonctions, le pommeau de levier de vitesse badgé aux couleurs Cupra. Le tout est assemblé avec soin et la qualité des matériaux n’a pas à rougir face à celle d’une Audi, même si Seat reste un cran en-dessous, marque premium oblige. On retrouve d’autres équipements comme les radars de stationnement avant et arrière, une caméra de recul, un système multimédia avec un écran 5,8 pouces tactile et le full link, une climatisation automatique.

Suspension rabaissée
Question efficacité, la Leon Cupra propose un amortissement piloté, une suspension rabaissée de 10 mm et un différentiel autobloquant – de quoi s’amuser sur circuit. L’ESC (correcteur de trajectoire) se décline en trois modes, dont un complètement déconnecté en mode Cupra. Pour les autres modes (éco, confort et sport), il reste actif à différents degrés.

Côté prix, là encore, la concurrence voit rouge. La version « coupé » débute à 32 815 euros, la plus chère – le break, atteint 34 315 euros. C’est tout de même 5 485 euros de moins qu’une Mégane RS Trophy de 275 ch. Avis aux amateurs.

Articles associés