L’Ibiza porte bien son nom. Elle est à la fête avec ses 5 millions d’exemplaires vendus et elle se permet une nouvelle offensive, la 5ème depuis son lancement. La nouvelle Seat Ibiza est née avec les bons gènes. Racée, dynamique, ayant du tempérament, elle a su convaincre une certaine clientèle puis a fini par s’imposer comme une véritable icône du groupe Volkswagen.

Au fur et à mesure des générations, le charme et la séduction de cette citadine ont porté leurs fruits. Désormais, la nouvelle Ibiza reprend le flambeau avec en plus une montée en gamme.

La nouvelle Ibiza obéit désormais aux nouveaux codes stylistiques de la marque espagnole. Les angles sont aigus, la face avant se montre virile, notamment grâce à sa forme trapézoïdale incrustée d’optiques LED. Elle devient ainsi la petite sœur d’une même famille stylistique représentée par la Leon. L’espagnole a été concoctée sur la nouvelle plate-forme MQBA0, commune aux Polo, Fabia et A1.

Austère mais branchée

Son empattement plus long a permis de gagner de la place à l’arrière. L’auto se montre alors plus spacieuse et plus accueillante. Le coffre a, lui aussi, vu son volume grossir. Le volume n’est que l’un des atouts de cette citadine au cœur chaud, même si cet adjectif n’est pas approprié à l’ambiance de l’habitacle. On retrouve la sobriété, voire l’austérité germanique et le niveau de qualité et d’assemblage ne changera rien à cette impression. Pour les plus réfractaires, il sera toujours possible de changer les placages intérieurs disponibles en option dans le catalogue. Elle reçoit entre outre, sur les versions les plus chères, un système multimédia avec écran tactile 8 pouces et un chargeur à induction.

Sous le capot, le trois cylindres essence est déjà disponible de 65 jusqu’à 115 ch. Les motorisations diesel suivront avec le dernier 4 cylindres essence 1.5 TSi de 150ch à désactivation des cylindres, l’un des plus puissants du catalogue

Châssis équilibré

Le sang chaud de l’ibérique a été tempéré par le sang froid des ingénieurs qui ont concocté un châssis qui manque de plaisir mais qui, en revanche, apporte un équilibre très rassurant. Pour avoir des sensations sportives, il faut jeter son dévolu sur la version badgée FR. Signe des temps cependant, et qui montre bien que l’Ibiza se veut avant tout une bonne citadine : la fonction « assistant bouchon » qui prend en charge le freinage et la réaccélération de l’auto lorsque le conducteur est piégé dans un ralentissement. Il ne s’occupe alors que du volant.

L’Ibiza new look démarre à 13 860 euros, dotée d’une motorisation 1litre 75 ch en finition référence. Pour monter en gamme style, Xcellence ou FR, comptez respectivement 15 565 euros, 18 550 euros et 21 020 euros. A ce prix là c’est vraiment la fête.

J Meloni

Articles associés