Quatrième génération, une révolution en douceur

 

Renault_73872_global_frChargée de concurrencer la Peugeot 308 ou encore la Golf, la nouvelle Megane compte sur un nouveau style, des capacités routières et une polyvalence. Fera-t-elle la différence face à ses rivales ? Affaire à suivre.

Sa devancière, la Megane 3, avait déjà posé quelques bases du changement survenu chez Renault côté design. La Megane 4, dernière née, reprend les attributs stylistiques de son aîné en apportant quelques touches de modernité. Cela se voit surtout au niveau de la face avant. Les optiques sont soulignées par des led en forme de virgule. Le logo central fait, quant à lui, le lien entre les deux phares. Les feux arrière ont subi un traitement façon Talisman. Ils s’étirent jusqu’au losange central.

Renault_73862_global_frSi l’extérieur reste dans un dessin déjà installé, la plateforme sur laquelle repose l’auto est entièrement nouvelle. On la retrouve également sur la Talisman et l’Espace. Grâce à elle, la nouvelle Megane gagne 90 kg sur la balance. Un atout de poids, sans jeu de mot, car désormais la politique des constructeurs se concentre sur les kilos superflus. Moins de kilos équivaut à moins de consommation. Côté silhouette, la Megane semble plus dynamique. Elle s’étire de 6,4 cm et sa hauteur de toit est abaissée de 2,5 cm.

Qualité en progression

A l’intérieur, la qualité des matériaux a progressé. Le grand écran tactile, placé au centre de la console, impose ses 8,7 pouces. Le tout tactile grâce à son interface R-Link, souhaité par Renault dans cette auto, ne s’en sort pas mal. La climatisation a été cependant séparée et opte pour des boutons et des molettes classiques. L’aspect général reste assez austère, sans véritablement de touches de couleurs. Autre avantage de taille, l’espace pour les places assises. Ce dernier est tout à fait appréciable.Renault_73812_global_fr

Du tonus sous le capot

Côté motorisation, le 1,6 l dCi 130 ch biturbo est séduisant. A l’utilisation, il sait se faire discret, avec de bonnes reprises, et reste très sobre. La boîte à six rapports bien étagés accompagne avec brio ce nouveau bloc moteur. Cependant, le comportement semble plus feutré que l’ancienne Megane.

Renault_73805_global_fr

Elle a privilégié le confort, procurant par ailleurs un certain flottement à la caisse. Mais la route ne fait pas peur à cette compacte qui veut asseoir son image de voiture polyvalente à la fois à l’aise en ville et confortable sur de longs parcours. Son coffre, un poil exigu, même s’il a joué des coudes pour s’agrandir avec 384 litres, est loin derrière la Peugeot 308 qui offre 420 litres.

La Mégane se rattrape côté tarifs. Ils commencent à 18 200 euros pour le modèle Energy TCe 100 boîte manuelle pour finir à 31 900 euros pour la GT Energy TCe 205. Mais, à ce tarif-là, c’est une autre histoire.

Articles associés