Pour Peugeot voici sûrement l’un des lancements les plus importants de cette année, celui de la 508. Peugeot joue la carte de l’innovation, du design et garde les valeurs chères au Lion, le confort et l’agrément de conduite.

Avec des lignes totalement nouvelles, la 508 attire le regard. Tout d’abord sa face avant et sa calandre, surplombée du numéro sur la capot, clin d’œil à la 504 qui fête cette année son 50ᵉ anniversaire. Fait marquant la nouvelle 508 abandonne le coffre pour un hayon qui accentue la fluidité de sa ligne.
Peugeot a travaillé sur la qualité des matériaux et des assemblages. On retrouve le i-cockpit nouvelle génération, le petit volant à double méplats, les touches piano pour les fonctions essentielles et un écran de 8 ou 10 pouces selon les finitions. L’ensemble dégage un aspect haut de gamme pour que la 508 face jeu égal avec les références du segment, Volkswagen Passat ou Audi A4.
Plus courte que sa devancière de 9 cm, Peugeot n’a pas sacrifié l’habitabilité, l’espace arrière est confortable même si l’accès est moins aisé dû à la chute de pavillon spécifique aux berlines coupés. Le volume de coffre diminue pour offrir 487 dm³, mais cela reste une valeur convenable pour la catégorie.
La nouvelle 508 offre 4 niveaux de finition : « Active » l’entrée de gamme mais déjà bien équipée avec le Pack Safety : freinage d’urgence automatique, alerte de risque de collision et de franchissement de ligne, reconnaissance des panneaux.
Le second niveau « Allure » propose le Pack City 1: caméra de recul, aide graphique au stationnement avant et arrière et de la suspension pilotée (sur le 1.6 l 180 ch uniquement).
La finition GT Line intègre le pédalier en aluminium, la sellerie tissu/cuir, les projecteurs full LED avec éclairage en virage et les jantes de 18 pouces. Enfin, le haut de gamme « GT » offre une finition complète et les aides à la conduite les plus perfectionnées.

Agrément de conduite

Nous avons pu tester la version BlueHDI 180 ch associé à la boite EAT8 en finition GT Line. Sur les routes de l’arrière-pays niçois, le premier contact donne un sentiment de dynamisme. On retrouve les qualités de confort et d’agrément de conduite chères à Peugeot. La direction est précise et le train avant s’inscrit parfaitement dans les virages serrés. Dans les grandes courbes, le roulis et les mouvements de caisse sont très bien contrôlés par un châssis qui encaisse les imperfections de la route. Le plaisir de conduite est bien présent et le petit volant à méplats accentue le sentiment de dynamisme. L’autre point fort porte sur l’insonorisation avec un effort particulier pour filtrer toutes les vibrations et les bruits parasites.
L’association avec la boîte automatique à 8 rapports est excellente avec des passages de rapports très fluides et doux. La 508 propose aussi plusieurs modes de conduite qui modifie la cartographie moteur mais également les règles de fonctionnement de la boîte.
Les tarifs s’étalent de 32 300 € pour une version BlueHDI 130 Active à 49 950 € pour la version haut de gamme Blue HDI 180 GT First Edition.
Cette nouvelle 508 pourrait devenir la nouvelle référence du segment et Peugeot pourrait élargir sa clientèle attirée par un produit premium.

Michel MORILLON

Articles associés