Essai PEUGEOT 308 SW.

Balle de break – Celle qui vient d’être élue voiture de l’année 2014, la Nouvelle Peugeot 308, voit sa première déclinaison arriver, la version break. Destinée aux familles et aux commerciaux, la sochalienne ne perd pas une miette de son charme.

Peugeot-308-SW-0[2]

C’est donc seulement quelques semaines après la commercialisation de la nouvelle berline 308 que Peugeot élargit sa gamme. Comme la berline 308, le nouveau break 308 SW fait entièrement peau neuve et ne reprend de sa devancière que le nom. Présentée en première mondiale au Salon de Genève 2014, la nouvelle PEUGEOT 308 SW sera commercialisée en France, puis dans les autres pays d’Europe dès ce printemps.

D’un point de vue pragmatique, la 308 SW mesure 4,58 m de long, soit 33 cm de plus que la berline. Un volume supplémentaire qui profite à celui du coffre qui passe ainsi à 610 dm3. A titre de comparaison, la Honda Civic Tourer offre 624 litres et la Volkswagen Golf Break 605 l. La nouvelle Peugeot 308 SW se cale ainsi parmi les ténors de la catégorie.

Peugeot-308-SW-6[2]

Les ingénieurs de la marque ont su faire progresser le break face à l’ancienne version, car, de manière générale, il perd 150 kilos sur la balance. Produite à Sochaux, la nouvelle PEUGEOT 308 est équipée de groupes motopropulseurs produits sur les sites français de Trémery et de Douvrin.

Peugeot-308-SW-5[2]

Sous son capot, on y trouve notamment une version BlueHDi, n’émettant que 85g de CO2 par km, qui établit la nouvelle référence du segment. Commercialisée en France ce printemps, la PEUGEOT 308 SW est disponible à partir de 22 350 € dans sa version Access diesel, et à partir de 23 000 € en gamme Business, en motorisation diesel également.  En attendant de futures versions plus sportives, labellisées GTI ou R, enfin… peut-être.

Peugeot-308-SW-9[2]

Articles associés