Opel lance le Crossland X qui remplace le Meriva et sonne la fin des monospaces de la marque. Il a d’ailleurs adopté une motorisation griffée par le Lion sochalien pour rugir de plaisir.

 

La vocation du Crossland X est typée famille, notamment grâce à une impression de volume. Cependant, il garde volontairement un look crossover symbolisé par des sabots de protection, une garde au sol surélevée, des élargisseurs d’aile et des rails de toit. Le tout est complété par un ciel de toit flottant traité en peinture contrastée (noir, gris ou blanc) ainsi qu’une ligne de vitrage chromée dont le cintre se termine en goutte d’eau sur la custode arrière, évoquant l’Opel ADAM.

L’habitacle est agréable et spacieux avec une planche de bord un peu austère, mais rationnelle. La zone navigation et info divertissement est à portée de main, tout comme les commandes d’aide à la conduite. A l’arrière, il y a de la place pour 4 personnes dans de bonnes conditions avec en prime une banquette rabattable et coulissante de 15 cm (mais en option). Le coffre gagne en capacité avec 520 litres banquette avancée, un volume record dans ce segment.

 

Trois niveaux de finition

La gamme du Crossland dispose de 3 finitions : Edition, Innovation et Ultimate. Opel joue la carte de l’équipement dès la finition Edition avec notamment l’allumage automatique des feux, la caméra Opel Eye avec reconnaissance des panneaux et alerte de changement de file, le système multimédia à écran tactile 7 pouces, le Bluetooth…

Sur la finition Innovation, on retrouve l’aide au stationnement avant et arrière avec caméra de recul 180°, les feux arrière à LED, les jantes 17 pouces en alliage, la climatisation automatique bi-zone et le capteur de pluie…

Pour notre essai, nous avons jeté notre dévolu sur la version 1,2 Turbo essence ECOTEC 130 ch BVM6 en finition haut de gamme Innovation. La position de conduite est bonne et nous sommes bien maintenus dans des sièges ergonomiques ayant reçu le label AGR (Association pour la santé du dos) avec réglage électrique de l’assise.

Des accélérations franches

Sur la route, les suspensions sont fermes et encaissent bien les mauvais revêtements, même si le train arrière a tendance à sautiller à vitesse élevée. Mais le point fort de cette version se trouve sous le capot. Le 3 cylindres d’origine PSA procure des accélérations franches à tous les régimes et les reprises sont au rendez-vous. Ce moteur a du souffle et est accompagné par une BVM6 bien étagée et précise également, d’origine PSA. Le Crossland a véritable avalé du Lion.

Sur notre parcours mixte, la consommation s’est établie autour de 7,2 litres en conduite appuyée. Mais on peut très bien se rapprocher des 5 litres annoncés par Opel.

Les tarifs démarrent à 18 300 € en version essence jusqu’à 23 950 € en diesel sans les options. C’est un peu plus cher que la concurrence et notamment comparé à son cousin le Peugeot 2008, mais l’équipement est plus complet dès la version de base Edition. Le véhicule d’essai s’affiche à 26 340 € mais avec 3 640 € d’options qui sont incluses dans la finition Ultimate.

Sans être révolutionnaire, cet Opel Crossland X a de nombreux atouts pour séduire dans ce segment. Il présente un bon compromis confort/équipement/motorisation pour un usage familial polyvalent.

 

Michel MORILLON

Articles associés