L’heure de la retraite a sonné pour le Peugeot Partner qui laisse la place au Rifter. Ce dernier s’offre le luxe d’une présentation mondiale au salon de Genève avant une entrée de star en concessions en septembre.

 

Luxe, on peut le dire, car il se montre un tantinet « dandy » avec son positionnement plutôt haut de gamme. Il tourne le dos au look qui sévissait jusqu’à maintenant, résultat d’un croisement entre un ludospace et un utilitaire. Désormais, il affirme sa personnalité et ses prétentions.

A l’image du 3008, il bénéficie des dernières évolutions. Son regard a changé, rappelant celui du 3008, tout comme le dessin intérieur des feux arrière. Ce nouveau véhicule emprunte également certaines caractéristiques stylistiques et fonctionnelles de l’univers SUV : garde au sol rehaussée, grandes roues, protections généreuses des bas de portes, bas de caisses, arches de roues et pare-chocs, mais aussi sabots avant et arrière.

Unique dans cette catégorie, le large hayon intègre toujours la lunette arrière ouvrante. Pratique, celle-ci permet d’accéder au coffre sans ouvrir le volet. Le coffre du Rifter dispose d’un volume de chargement allant de 775 litres sous tablette pour la version 5 places en longueur standard, à 4 000 litres sous pavillon avec les sièges rabattus sur la version longue (7 places).

A l’intérieur, le i-cockpit trône en bonne place. Il reprend aussi l’écran tactile de 8 pouces fixé au milieu de la planche de bord et le volant avec double méplats. En revanche, l’instrumentation digitale n’a pas été retenue.

Côté conduite, il reprend certaines attributions de ses petits camarades de la marque au Lion, comme l’Advanced Grip Control qui permet de contrôler la motricité en agissant en continu sur le patinage des roues. Il s’associe au Hill Assist Descent Control (HADC), qui maintient automatiquement une vitesse optimale dans les fortes pentes – disponible en option.

Par ailleurs, pour ceux qui souhaitent quitter les chemins balisés, une version 4 roues motrices développée par DANGEL est intégrée en option.

Sous le capot, deux motorisations essence sont disponibles. A savoir, un moteur 1,2 l PureTech 130ch S&S avec BVA 8 rapports EAT8 (disponible courant 2019) et le PureTech 110ch S&S avec BVM à 5 rapports, également disponible en version TBC (Très Basse Consommation). Trois motorisations diesel viennent compléter l’offre : 1,5 l BlueHDi 130ch S&S avec BVM à 6 rapports ou BA 8 rapports EAT8, un BlueHDi 100ch avec BVM à 5 rapports, également disponible en version S&S Très Basse Consommation (TBC) et un BlueHDi 75ch, avec BVM à 5 rapports.

 

Articles associés