Dans le paysage automobile européen, rares sont les nouveaux constructeurs qui percent le marché et c’est d’autant plus vrai lorsque c’est un constructeur de véhicules venu tout droit de l’Empire du Milieu. Le chinois SAIC s’introduit par la petite porte, néanmoins porteuse, qui s’ouvre depuis peu sur le marché des véhicules électriques.

En Chine, SAIC est une marque connue et reconnue. Elle a racheté MG et avant cela Rover, disparues toutes les deux de leur terre natale anglaise depuis plusieurs années déjà. Mais c’est surtout grâce à son partenariat avec Volkswagen et General Motors qu’elle est devenue l’une des marques qui vend le plus de véhicules en Chine.

Désormais, elle compte bien s’attaquer au marché européen des utilitaires. Pour cela, elle s’introduit sur le sol européen, grâce à sa division SAIC Mobility Europe basée au Luxembourg, en proposant un grand fourgon 100% électrique, le Maxus EV80. En réalité SAIC s’appuie sur un autre constructeur européen pour proposer ce modèle. En effet, SAIC a décidément plusieurs flèches à son arc commercial. Il a formé une co-entreprise avec Fiat et Iveco pour les véhicules utilitaires et industriels. La boucle est bouclée et SAIC peut ainsi mettre sur le marché européen un véhicule utilitaire léger qui répond à une nouvelle demande de véhicules entièrement propres.

En test chez les opérateurs de flotte

Le fourgon Maxus EV80 devient ainsi le premier véhicule utilitaire léger entièrement électrique sur les routes françaises, en prélude à la commercialisation totale de la marque en 2019. Pour l’instant, la « bête » est proposée en test à plus de 200 opérateurs de flottes majeures en Europe. Les premières flottes sillonneront les routes de France, d’Allemagne, de l’Autriche et du Benelux. Le Maxus EV80 est disponible sous forme de fourgon ou de châssis cabine, offrant ainsi la polyvalence exigée par les opérateurs de flottes. Il a une longueur de chargement de 3300 mm, 1770 mm de largeur et 1710 mm de hauteur, pour un volume total de 10.2 m3, accessible à l’arrière grâce à des doubles portes ou par des portes latérales. Sa capacité de charge utile maximale est de 950 kg. Le châssis cabine est tout aussi compétitif, sa capacité de charge étant de 750 kg.

Si l’on met de côté les arguments purement écologique liés à l’utilisation d’un véhicule électrique, y en a-t-il d’autres également intéressants pour l’utilisateur ? A priori oui, car SAIC Mobility Europe annonce un coût au kilomètre considérablement plus faible, comparé aux véhicules essence ou diesel, tout comme les coûts de maintenance et d’entretien.

Mais la question cruciale qui brûle les lèvres, c’est son autonomie kilométrique. On nous annonce du 200 km pour une charge rapide de deux heures. Cependant, il faudra voir si l’autonomie ne chute pas lorsque le fourgon est lourdement chargé. Il s’avère donc que le Maxus EV80 convient plutôt aux entreprises ayant des cycles d’utilisation typiquement urbains. Par ailleurs, il est couvert par une garantie de 3 ans et une garantie pour les batteries de cinq ans ou 100 000 km. Soit à l’achat ou sous forme de location, le Maxus ouvre la voie des utilitaires 100% électriques. Décidément, il fait le maximum.

 

Mica Guimard

Articles associés