Avec la sortie du concept car e-Legend, digne descendant de la 504 coupé, Peugeot a eu la bonne idée d’organiser un road trip sur les routes de Franche-Comtépour  fêter les cinquante ans de  la 504, élue voiture de l’année en 1969 et nous faire redécouvrir  les trois variantes de la gamme: la berline, le coupé et le cabriolet.

Nous disposons également à l’essai des nouvelles 508 pour apprécier l’évolution industrielle opérée par Peugeot.

Les 504 nous attendent dans un entrepôt où sont restaurés  tous les modèles  du musée Peugeot tout proche- cet atelier est également ouvert aux clients Peugeot depuis trois ans. Nous avons à notre disposition une berline de 1974, un cabriolet de 1977, un coupé de 1983 et trois versions de la nouvelle 508 en berline essence PureTech 180cv, une SW PureTech 225cv et berline diesel BlueHDi 180cv. Par un astucieux planning nous pouvons essayer tous les véhicules.

Le passage des modernes aux anciennes est assez spectaculaire, nous démarrons notre parcours par la 508 SW, summum des évolutions technologiques en termes de finition, de confort et de qualités routières. Nous quittons cet univers feutré pour accéder à la référence des années 1970, la 504 berline, un modèle équipé d’un moteur 2 litres de 93cv. La première impression, c’est le confort des sièges très moelleux qui procure une bonne position de conduite. Pour le reste, c’est un autre monde : pas de direction assistée, gros volant. Avec  la boîte de vitesse à 4 rapports et une puissance moteur correcte, le comportement routier n’est pas déroutant malgré un peu de roulis. La voiture étant équipée de quatre freins à disque, le freinage est sans surprise. Nous quittons notre 504 berline pour profiter de la quiétude d’une fin de journée en cabriolet 504 V6 de 1977 carrossée par Pininfarina. Notre véhicule est équipé six-cylindres PRV de  136cv (Peugeot Renault Volvo). Lorsqu’il fonctionne avec des carburateurs, ce qui est le cas sur ce cabriolet, cette mécanique est dans l’ensemble décevante, aussi bien sur le plan des performances que sur celui de l’agrément de conduite, mais le plaisir de se promener cheveux au vent sur les routes de campagne est bien là.

Le lendemain nous effectuons notre dernière expérience en ancienne à bord du coupé 504 de 1983 toujours équipée du V6 PRV mais avec l’injection. Lecomportement routier est un peu plus actuel, bien que les suspensions demeurent souples. La puissance passe de 136 à 144 ch,  la performance est nettement meilleure, et le moteur plus dynamique.

Tout au long de ce road trip, nous avons découvert l’univers Peugeot. Nous avons visité le site de Terre Blanche,  dans la commune d’Hérimoncourt proche de Sochaux. Ce bâtiment de 2 500 m² regroupe toutes les archives patrimoniales de PSA Peugeot Citroën. Le site de Terre Blanche, c’est également un entrepôt que seuls quelques privilégiés peuvent visiter, dans lequel on retrouve toute l’histoire  du constructeur. On y trouve, évidemment, beaucoup de voitures, parfois connues 201, 203, 204, 404, 505 parfois moins,concept Vera, 504 en inox, les prototypes utilisés pour le film Taxi de Luc Besson et toute l’aventure sportive de Peugeot, 206, 306 WRC, 205 Paris Dakar etc. Tous ces véhicules sont bien rangéssur des étagères géanteset peuvent même être loués pour des opérations privées ou commerciales.

Cette expérience proposée par Peugeot à l’occasion des 50 ans de la 504 montre à quel point le constructeur a toujours été à la pointe de l’innovation. La 504 été la référence en 1969, la 508 peut devenir la référence en 2019.

Michel MORILLON

Articles associés