Sur le marché stable du segment B, la préférence va aux citadines 5 portes. Avec 85% des ventes, Ford abandonne sa KA sur le segment des mini-citadines où bataillent plus fort que lui (Renault Twingo, Fiat 500 ou encore le groupe VW avec la Up). Ainsi, pour scinder sa gamme en deux, voici l’arrivée de la KA+, offre entrée de gamme mais pas low-cost et dans un second temps, avec la prochaine génération de la Fiesta, Ford proposera une offre plus premium.

Fabriquée en Inde, la nouvelle KA+ se veut polyvalente ; elle mesure 3,93 m, soit 30 cm de plus que l’ancienne et exploite mieux l’espace à bord. Il y a de la place en hauteur et en largeur pour le confort des passagers, notamment aux places arrière, un « plus » par rapport à ses concurrentes.

Côté esthétique, elle adopte les codes stylistiques de la marque, la calandre façon Aston Martin, les feux effilés, le petit becquet de toit, les clignotants dans les rétroviseurs. Les poignées de porte et rétroviseurs sont peints, la calandre arbore ses lamelles chromées d’un bel effet. L’ensemble a une belle allure, depuis l’entrée de gamme  qui propose en série, les antibrouillards, 6 airbags, l’aide au démarrage en côte, les feux de jour intégrés, les vitres électriques, la banquette arrière 60/40 et le limitateur de vitesse. La nouvelle KA+ est disponible en 2 motorisations essence 1,2l 4 cylindres 16 soupapes de 70 ch et 85 ch.

 

Notre véhicule d’essai, la version équipée du 1,2l Ti-VCT 85 ch (en finition Ultimate on ajoute la climatisation, le Bluetooth et un écran tactile), révèle un comportement équilibré, un châssis sain et dynamique. La direction n’appelle aucune critique, le freinage non plus. Le point fort de la KA+ est son insonorisation ; que ce soit sur route, en ville ou sur autoroute, le confort est de mise – mention bien également pour les suspensions étalonnées comme il faut afin de réduire les mouvements de caisse en évitant aux passagers d’être secoués.

Au volant, on aurait aimé un peu plus de puissance, les relances sont laborieuses et il faut être patient pour  préparer ses dépassements. Vu les faibles performances de ce bloc, on n’ose imaginer celles du 70 ch.

Le 3 cylindres Ecoboost de Ford aurait été un meilleur choix, mais le constructeur a opté pour un bloc moins cher amorti depuis longtemps et qui permet de positionner la KA+ à un prix très compétitif.

L’avantage de cette motorisation est sa consommation. Sur un parcours mixte, nous avons relevé moins de 6 litres, ce qui est raisonnable.

Avec son positionnement « entrée de gamme du segment B », la KA+ affiche un prix imbattable de 9 990€ pour la version 70 ch Essential. La version que nous avons essayée avec la finition Ultimate 85 ch s’affiche à 11 490 ch. C’est de 2 000 à 3 000€ de moins qu’une Peugeot 208 ou qu’une Clio de base.

En positionnant la KA+ sur le marché des citadines 5 portes, Ford nous propose un véhicule homogène d’un bon rapport prix/prestations sans tomber dans la low-cost. On regrette la motorisation poussive qui peut contrarier certains acheteurs.

Michel MORILLON

Articles associés