Parmi la jungle de plus en plus envahissante des pick-up, la 5egénération du L200 Mitsubishi convoite le titre de roi . Et, pour cela, il ne manque pas d’atouts, ce que nous avons pu constater lors du dernier essai au nord de la Corse dans la région de Calvi.

 

Le L200 5egénération n’est pas destiné seulement aux professionnels qui ont besoin d’un 4×4 avec une benne pour y entasser outils et matériaux ; il s’est transformé en sport utility truck (SUT) pour satisfaire une clientèle fortement attirée par ce genre de véhicule atypique.

Le L 200 est donc devenu un véhicule de loisirs qui s’est embourgeoisé, proposant à ses occupants un confort haut de gamme. On retrouve à bord un écran tactile 7 pouces, une caméra de recul, des élargisseurs d’aile (pour le look), mais aussi une moquette moelleuse, des sièges confortables, une climatisation automatique bi-zone et un démarrage sans clé. Le néophyte qui peut être impressionné par un pick up n’est pas dépaysé dans le L200. Il retrouve les standards d’un SUV ou d’une berline. C’est le but recherché pour faire du charme à une clientèle qui souhaite acquérir un véhicule facile à conduire, confortable et surélevé avec la possibilité d’emporter par exemple une planche de surf.

Le L200 aime la terre

Si les atouts sur le papier sont réunis, qu’en est-il réellement sur la route ? C’est dans la région de Calvi, au nord de la Corse, que nous avons pu prendre le volant de ce pick-up. Et ce n’est pas un hasard. L’île de Beauté concentre une grosse partie de L200 et se situe bien au-dessus de la moyenne nationale. On constate immédiatement que le pick-up, sous ses airs de grande dame, n’a pas peur de mouiller les bas de caisse. Il a su garder son âme de baroudeur et affronte sans sourciller les chemins de terre et les pentes corses et corsées, ainsi que les sentiers caillouteux. Le L200 garde un attrait certain grâce à sa transmission permanente que le conducteur peut sélectionner grâce au mode 4H. Ainsi les dénivelés, les terrains escarpés, les chemins boueux et glissants deviennent franchissables pour la plupart des conducteurs.

S’il est agile dans les parties acrobatiques, grâce à une motorisation diesel 2,4 l de 181ch, le L200 souffre d’une suspension qui dégrade considérablement le confort sur route. Les suspensions à lame, qui ont été pourtant modifiées, n’ont toujours pas réussi à apporter de la souplesse aux occupants des sièges avant et encore moins à ceux assis derrière.

Mais un 4×4 est avant tout fait pour aller là où il n’y a pas de route !

 

Bye bye Pajero

 

L’une des icônes de Mitsubishi, le Pajero, tire sa révérence. Les nouvelles normes anti-pollution ont eu raison de son règne. Après 36 ans et 4 générations, le Pajero va devenir un 4×4 de collection.

Alors, pour ceux qui souhaitent encore rouler en Pajero, malgré un malus de 10 000 euros tout de même, ils peuvent encore le faire avec la quatrième génération revue et corrigée en 2016.

Au volant, les nostalgiques pourront se remémorer la fabuleuse histoire du Pajero qu’il a su forger grâce à ses nombreuses participations sportives. Il a ainsi remporté 12 victoires au Paris-Dakar devenant un adversaire redoutable et redouté. Sa réputation n’est plus à faire, il ne reste plus qu’à la saluer.

J meloni / Photo JM Lisse

Articles associés