Etre ou ne pas être ? Telle la question que se pose Thomas Morales. La question est connue mais cette fois-ci elle s’applique au monde automobile. Autrement dit, être ou ne pas être en voiture ? Cette foi-ci c’est la bonne question et l’auteur y répond sans détour.

Il faut être avec l’automobile, mais pas seulement. Et pour cela il faut avoir le goût de la voiture, de son histoire, de sa créativité, de la passion qu’elle suscite à l’heure ou les chamboulements routiers décrédibilisent un engin de locomotion devenu polluant, bruyant, mortifère… Il symbolise tous les maux même ceux qui ne le concernent pas. Il est devenu le catalyseur d’une société qui se lave les mains, souillées par le cambouis.
Mais pour Thomas Morales, l’automobile, au même titre qu’une odeur, qu’une sensation, qu’un paysage, est un objet qui dépasse sa propre fonctionnalité. C’est le rêve, les souvenirs, l’envie comme l’asphalte chaud l’été sur la route des vacances. C’est la liberté et bien plus encore.
L’automobile, c’est bien plus qu’une caisse avec quatre roues qui rejette des gaz pour avancer. C’est aussi un concentré de techniques, de savoir-faire, certes mais pas seulement. Elle est devenue une icône incontournable de notre imaginaire ancrée à tout jamais dans nos neurones, se transformant comme par magie en poésie et en plaisir.
Alors c’est une véritable invitation au voyage, celui de la passion, du rêve et de la nostalgie que nous propose Thomas Morales dans ce livre, un chant d’amour celui des moteurs à combustion.

Eloge de la voiture Je roule donc je suis
Thomas Morales
Editions du Rocher
250 pages
18,90 euros
Parution en septembre 2018

Articles associés