Fiat remet au goût du jour un mythe qui a participé à la renommée sportive de la marque italienne. La nouvelle 124 Spider Abarth, fabriquée au Japon en raison du partenariat avec Mazda, est née d’une potion magique élaborée dans le chaudron du magicien Abarth.

Avec la préparation Abarth, on retrouve extérieurement la signature de la marque : capot et coffre noir mat, double bossage sur le capot typique du modèle 124 Abarth originel, logo Abarth sur le capot et les flans, un aileron implanté sur le coffre, un diffuseur, ainsi que 4 sorties d’échappement. Mais c’est surtout sur le plan technique que les différences apparaissent.

Elle reçoit un différentiel autobloquant, des amortisseurs Bilstein, des freins Brembo, des suspensions plus fermes, un échappement sport Record Monza et des jantes alliage 17 pouces.

A l’intérieur, l’ambiance Abarth est omniprésente – sièges sport, identification de chaque véhicule avec sa plaque numérotée. En série, on dispose de sièges Racing Alcantara chauffants, de l’accès sans clé, de la climatisation manuelle, de la radio MP3… On peut compléter l’équipement grâce à deux pack : Confort et Visibilité.

L’auto dispose d’un moteur unique, le 1.4 MultiAir de 170 ch, placé longitudinalement et accouplé à une boîte mécanique à 6 rapports provenant de chez Mazda ou à une boite robotisée à 6 rapports de chez Aisin.

En mode Sport

Nous avons essayé cette 124 Abarth, boite méca, sur les routes sinueuses du Rallye d’Alsace, terrain idéal pour tester les qualités dynamiques issues de la préparation Abarth. Dès la mise en route du moteur, le son rauque donne tout de suite le ton. C’est un joli clin d’œil à Carlo Abarth, qui a démarré son activité en fabriquant des pots d’échappement sport.

Dès les premiers tours de roue, piloter cette 124 Abarth sur les routes sinueuses des Vosges devient un véritable plaisir. Enchaînements rapides des virages ou longues courbes, notre Abarth n’est jamais prise en défaut. L’autobloquant nous propulse d’un virage à l’autre avec une motricité remarquable. Le train avant s’engage avec précision et la boite de vitesse est ferme. Les freins Brembo sont efficaces et endurants. Les 170 ch du moteur sont présents à tous les régimes et, cerise sur le gâteau, avec mode Sport qui modifie la réponse de l’accélérateur, augmente le couple et raffermit la direction.

Cette 124 Spider Abarth tient bien son rang de voiture plaisir. Son prix de 40 000 euros aurait justifié un peu plus d’équipements en série, mais l’essentiel est d’avoir des sensations à son volant et c’est réussi.

M Morillon 

Articles associés