En 2013, Peugeot lançait le premier 2008, un break surélevé pour séduire les premiers clients attirés par un nouveau type de véhicules qui commençait à susciter de l’engouement, le SUV.

Six ans plus tard et une position dans le Top 10 des ventes dans l’Hexagone depuis son lancement, le constructeur au lion a dévoilé la nouvelle génération de la 2008.

Les attentes des automobilistes ont changé et Peugeot a pris le parti de partir d’une feuille blanche pour proposer un véhicule répondant à ces nouvelles tendances. 

On remarque immédiatement le changement de style et le nouveau designLa signature lumineuse se compose de trois barres et des crocs du lion. Son style taillé à la serpe l’intègre ainsi parfaitement dans la gamme actuelle. La physionomie du nouveau 2008 est agressive avec ses roues de gros diamètre ; la calandre est massive, verticale plus travaillée, le profil, quant à lui, accueille des panneaux de carrosserie sculptés en forme de triangle. Cet effet de style produit une allure contrastante selon l’intensité des rayons de lumière. Avec ses 4,3 m, elle est 3 cm plus large tout en étant 2 cm plus basse au niveau du pavillon ; mais surtout elle est plus longue de 14 cm, ce qui donne plus de place  pour les passagers  arrière.  L’impression d’aisance est réelle, le nouveau 2008 est un vrai 5 places –  l’emplacement central sur la banquette arrière  est bien traité et permet à trois passagers de  voyager confortablement. Côté coffre, les 434 dm3 se situent dans une bonne moyenne, mais  la banquette n’est pas coulissante comme chez son concurrent le Renault Captur. Sans surprise, ce 2008 partage des éléments avec d’autres modèles de la marque comme les feux de jour verticaux identiques à ceux de la 208 et de la 508 ou les feux arrière très proches de ceux du 3008.

L’intérieur est dans la lignée des derniers modèles du constructeur. La planche de bord hérite de la dernière génération de l’i-Cockpit et reçoit la dernière version du système qui projette les informations en 3D. L’écran tactile central 7 pouces ou de 10 pouces (à partir de la finition GT Line)  sert surtout pour le multimédia ainsi que la navigation. Comme pour la nouvelle 208, Peugeot monte en gamme au niveau des matériaux, on retrouve des plastiques mousse sur la planche de bord, de l’Alcantara et du cuir Nappa dans les finitions haut de gamme –  l’ensemble est parfaitement ajusté.

Pour les mélomanes, Peugeot s’est associé à Focal et propose un ensemble de 10 haut-parleurs capables de jouer de concert pour produire 510 watts de volume sonore pour un rendu de très haut niveau.

Coté équipements technologiques, citons la présence de nombreux systèmes d’aides à la sécurité encore rares sur le segment, comme le Drive Assist permettant une conduite semi-autonome et le régulateur de vitesse adaptatif avec fonction Stop & Go (freinage et redémarrage).

Coté motorisation, Peugeot s’appuie  sur le petit 3 cylindres turbo de 1,2 litre, ce moteur est disponible avec trois niveaux de puissance : 100, 130 et 155 chevaux. Les 2008 diesel développent 100 et  130 chevaux. Pour les boîtes de vitesses, on  dispose  soit d’une manuelle à 6 rapports, soit de la boîte automatique EAT8. Hormis les moteurs les moins puissants, tous peuvent profiter de la  boîte automatique EAT8.

Nous avons pu essayer la version la plus haut de gamme PureTech 155 GT  sur les routes du Var. On trouve facilement sa place à bord, la position de conduite est facile à trouver  mais on doit placer le volant en position basse pour un bonne lisibilité du compteur. Les sièges sont confortables et procurent un bon maintien latéral. On s’habitue rapidement au  petit volant à méplats  garni d’Alcantara. Notre  2008 PureTech 155 GT, modèle le plus sportif de la gamme, adopte des suspensions plus fermes  et des jantes de 18 pouces qui étonnamment ne rendent pas le confort trop raide. Ainsi chaussé, le 2008 est efficace et offre un très bon compromis.

Le train avant est précis et s’engage parfaitement dans les virages serrés et dans les courbes rapides. Le châssis, point fort du constructeur, est toujours aussi neutre, aucun roulis et une tenue de cap parfaite. la direction est précise et incisive et le freinage endurant bien aidé par le poids plume du véhicule, 1 250 kg. La motorisation, malgré sa faible cylindrée, est souple et même virile  bien aidée par une excellente boîte EAT8. On enclenche  le mode sport et les échappements nous gratifient d’ une belle  sonorisation. L’ensemble est homogène et très agréable à piloter.

Les tarifs de ce nouveau Peugeot 2008 démarrent à 21 500 € en version Active essence avec le moteur PureTech 100 chevaux et la boîte manuelle 6 vitesses.  Le modèle  version PureTech 155 GT GT que nous avons essayé est facturé 32 900 €.

Pour le lancement de sa nouvelle 2008, Peugeot adopte la même philosophie que pour la 208 et propose 3 versions: essence, diesel et 100% électrique. La e-2008 use du même système que sa petite sœur 208 avec un moteur électrique de 136 chevaux produisant un couple de 260 Nm dès le premier tour de roue, alimenté par une batterie d’une capacité de 50 kWh, autorisant une autonomie jusqu’à 310 km selon la nouvelle norme WLTP. Nous avons pu faire quelques tours de roues avec la version  e-2008 ; les sensations à bord sont différentes avec une puissance qui arrive immédiatement au démarrage et une tenue de route irréprochable. L’avenir nous dira si cette e-2008 rencontrera son public.

Ce nouveau 2008 est bien né, c’est un véhicule entièrement nouveau. Esthétiquement, il a de la personnalité, le design est réussi, les équipements sont généreux dés le modèle de base  et, à l’intérieur, il offre plus de place pour les passagers et les bagages. Même avec une tarification légèrement supérieure à la concurrence, le nouveau 2008 va rapidement devenir la référence en termes d’innovations et de look sur le marché du petit SUV.

Michel MORILLON

Articles associés