La Corsa, best-seller d’Opel depuis 1980 et qui s’ est vendue plus de 13 millions, opère sa mue. Pour le lancement de la sixième génération présentée en première mondiale au Salon international de l’automobile de Francfort en septembre, Opel a réussi un tour de force. Pour dessiner cette voiture, les designers n’ont eu que quelques semaines, car on le rappelle, la marque a été rachetée par le groupe PSA qui lui a demandé de recréer la Corsa à partir de leur plateforme CMP sur laquelle est produite la Peugeot 208. Le design de la Corsa signé Opel est particulièrement soigné, mais les caractéristiques techniques sont identiques à  la Peugeot 208, même longueur de 4,06 mètres et même  empattement de 2,54 mètres. 

Malgré tout, cette nouvelle Corsa propose une ambiance différente  de sa cousine 208.

Tout d’abord le design, la ligne de pavillon qui rappelle celle d’un coupé, est dynamique et sportive. Les ingénieurs d’Opel ont pu descendre le CX à 0,29 en procédant à une étude systématique de chaque détail, ce qui a permis d’améliorer son aérodynamisme. La voiture est 48 mm plus basse que le modèle précédent et le conducteur est installé 28 mm plus bas. A l’avant, la  calandre dégage des formes tout en douceur et intègre la signature du nouvel éclairage matriciel IntelliLux LED® non éblouissant.

A l’intérieur, c’est la rationalité qui l’emporte, la  planche de bord est sobre et  épurée, la qualité est soignée et les ajustements sont précis, signature allemande oblige. L’écran tactile, de 7 à 10 pouces selon la finition est bien placé légèrement orienté vers le conducteur. Chez Opel, on a conservé des commandes physiques et non tactiles comme à la mode actuellement et c’est un avantage en matière de facilité d’usage. Pour une note plus sportive, on trouve quelques inserts rouge, et des sièges alvéolés spécifiques à la finition GS Line

Coté équipements, cette nouvelle Corsa est généreuse ; on trouve, selon le niveau de finition, l’aide active au maintien de voie, système de freinage d’urgence fonctionnant avec radar, le détecteur de somnolence du conducteur, le aides au stationnement et aux manœuvres comme l’aide au parking avant et arrière, le système de surveillance latérale à capteurs et la caméra de recul panoramique à 180 degrés. Le système d’infodivertissement est compatible Apple CarPlay et Android Auto. Pour la première fois sur un modèle du segment B, Opel propose en option les phares Intellilux Matrix, qui permettent de rouler en feux de route sans éblouir les autres conducteurs, grâce à un allumage sélectif des LED qui composent le phare.

Coté motorisation, Opel propose pour sa nouvelle Corsa les même blocs que la 208, un 3 cylindres 1.2 essence de 75, 100 et 130ch, et le 4 cylindres diesel 1.5 de 102 ch. Presque tous peuvent recevoir une boîte manuelle 6 ou une nouvelle boîte auto EAT8, sauf le 75ch qui se contente d’une manuelle 5, et le 130ch qui ne reçoit que la boîte autoEAT8. Enfin, tout comme la 208, cette Corsa est proposée en version 100 % électrique,’’ la Corsa-e’’  commercialisée au printemps prochain. Sa batterie au Li-ion de 50 kWh fournit le jus nécessaire au moteur pour contenir 136 chevaux.

C’est en Provence sur les routes escarpées des Alpilles que nous avons pris le volant de notre Corsa dans la version la plus haut gamme, GS Line 1.2 Turbo 130 ch accouplée à la boîte automatique à 8 rapports EAT8. A bord on trouve facilement la position de conduite idéale grâce au volant largement réglable en hauteur et en profondeur. Les sièges sont confortables malgré un dossier un peu rigide, c’est une allemande. Le début de notre parcours sur des routes rectilignes donne le ton ; on apprécie l’insonorisation, le silence du moteur qui ronronne à 2000 trs/mm et le boîte qui passe les rapports tout en douceur. Dés que la route devient plus sinueuse, il faut passer en mode sport pour tirer la quintessence du petit 3 cylindres. Notre Corsa est agile et réagit parfaitement aux changements d’appuis, le train avant est incisif, bien aidé par le châssis, merci PSA. Le freinage est efficace même en appui et le mordant efficient. Seule la direction est à notre goût un  trop assistée en mode normal, ce défaut est gommé en mode Sport. L’auto est rassurante et n’est jamais prise en défaut en maintenant un confort ferme mais pas trop. 

La nouvelle Opel Corsa est vendue à partir de 14 600 € équipée du 75 ch essence, un prix d’attaque très agressif. Mais pour apprécier les  qualités de  cette sixième génération de la Corsa, il faut accéder à la version  100 ch, 1.2 Turbo BVM6,  le meilleur rapport qualité/prix à 16 800 €. Notre modèle d’essai GS Line 1.2 Turbo 130 ch est quant à elle facturée 21 000 €Le pack vision Matrix est disponible uniquement en option à 550 €, une bonne affaire si on considère la qualité de l’éclairage de ce nouveau système optique. La Corsa-e version 100% électrique sera facturée 32 650 € avant déduction du bonus écologique de 6 000 €. Aucun modèle de la gamme n’est soumis au malus.

Cette 6génération de l’ Opel Corsa est une excellente  surprise, on peut la comparer à la Peugeot 208 mais elle offre d’autres sensations. Ceux qui souhaitent un véhicule à caractère plus sportif y trouveront leur compte ; le style est dynamique, elle est agile et efficace dans un  confort toujours garanti. Les équipements sont complets, même dans les versions d’entrée de gamme, et les tarifs compétitifs (entre 800 et 1500 € de moins qu’une 208 à équipements égaux).

Les stylistes Opel ont réussi leur pari et offrent à cette nouvelle Corsa un savant mélange d’élégance des lignes et de sportivité.

Michel MORILLON

Articles associés