La tchèque met les bouchées doubles.

Le constructeur tchèque a soigneusement préparé cette troisième génération de Fabia qui vient concurrencer les stars du segment que sont les Renault Clio et Peugeot 208.

Skoda-Fabia_2015_1024x768_wallpaper_09

 

Essai réalisé par Jacques Bertoni

En effet, la Skoda Fabia n’est pas seule sur son segment ; Renault Clio, Citroën C3, Peugeot 208, Ford Fiesta, Opel Corsa Volkswagen Polo et Seat Ibiza sont autant de nombreuses concurrentes redoutables sur le marché très convoité des citadines. Pas facile de se faire une place bien que la Fabia, depuis son lancement, aie déjà été vendue à près de 3 450 000 exemplaires. Alors, pour ne pas se laisser distancer, Skoda a mis les bouchées doubles pour cette Fabia 3 qui repose sur une plateforme de Polo lancée en 2011.

Skoda-Fabia_2015_1024x768_wallpaper_42Côté look, la Fabia ne révolutionne pas son design, garde ses grandes lignes, s’améliore, et, au final, est plutôt séduisante. Cette citadine de moins de quatre mètres et qui pèse 980 kg n’est pas la plus sportive, ni la plus chic, mais c’est la plus généreuse (+ 9cm de large par rapport à l’ancienne version) et la plus familiale. Et ce grâce au coffre de 330 litres (record de la catégorie).

Sur la route, lors de notre essai, nous l’avons trouvée confortable et très bien insonorisée ; elle profite en outre des mécaniques efficaces et abouties du groupe Volkswagen. Le bloc essence 1,2 litre TSI de 90 chevaux, que l’on ne saurait que trop conseiller aux petits rouleurs, nous a ainsi gratifié d’une consommation constatée de moins de six litres ; quant à son équivalent diesel, 1,4 litre TDI, plus sonore mais aussi plus économe, il s’est contenté de quatre petits litres au cours de nos essais. Des essais plus que concluants puisque cette nouvelle Fabia nous semble taillée pour rivaliser sans aucun complexe avec les patronnes du segment.

La Fabia n’a rien à leur envier, pas même leurs habitacles soignés, car pour une fois la firme tchèque nous livre un intérieur qui, sans être excentrique, se révèle moins austère qu’à l’accoutumée.

Articles associés