Quatre grands constructeurs sont engagés pour accéder au graal, gagner les 24 heures du Mans , la plus grande course du monde, mais Le Mans c’est aussi une grande fête populaire qui dure une semaine. Tout commence par le pesage , chaque écurie présente ses équipages et passe aux vérifications et pesage des véhicules. Puis la semaine se poursuit avec les essais libres et les essais qualificatifs qui déterminent la grille de départ, ces séances sont entrecoupées de conférences de presse et de meeting avec les pilotes.

Nous sommes samedi 13 juin, après un warm up de 30’ les équipes se préparent pour le grand départ à 15H00 précise, cette année c’est jean Todt président de la FIA qui est le maitre d’oeuvre .Le président de la République François Hollande fera une petite apparition peu avant le départ.
On retrouve aux avants poste les Porsche 919 Hybrid qui ont dominé les essais suivi des Audi R18 e-tron, les Toyota sont un peu en retrait et les Nissan sont dépassées.

Les premières heures de course se résument à un mano à mano entre la Porsche N°17 de Bernhard-Hartley-Webber et l’Audi N°7 Fässler-Lotterer-Tréluyer qui sont parties sur un train d’enfer.
La Porsche prend petit à petit le large suite aux premiers incidents sur les Audi, la N°8 touchent les rails à Mulsanne, la N°7 perd son capot et rentre aux stand pour un arrêt de 10’. C’est au tour de la la Porsche N°17 de tête de lâcher prise suite à une pénalité, c’est le N°19 de Bamber-Hülkenberg-Tandy qui prend le relai pour rallier l’arrivée en vainqueur de cette 83 ème édition des 24 heures du Mans. Porsche réalise le doublée et met fin à 17 ans d’abstinence. Audi sauve la face avec la 3ème place de Fässler-Lotterer-Tréluyer sur la N°7. Grosse déception chez Toyota qui n’a pas pu suivre le rythme malgré une fiabilité exemplaire seulement 35’ passées aux stands,pour la n°2, il faudra réagir pour envisager la victoire en 2016. Concernant Nissan c’est l’échec total aucune voiture à l’arrivée, la technologie moteur à l’avant n’aura pas fait ses preuves .

en LMP2 succès complet pour l’Oreca 05-Nissan N° 47 pilotés par Bradlay-Lapierre-Howson qui a menée 349 tours sur 358 possibles, c’est la première équipe chinoise KCMG à s’imposer en terre mancelle. Elle devance la Gibson 015S n°38 de l’équipe Jota Sport , victorieuse en 2014 à moins d’une minute des vainqueurs et la Ligier JS n°26 de G-Drive Racing.

En LM GTE pro, début de course dominée par les Aston Martin, la n°99, 95, 97 qui petit à petit perdent du terrain sur la Corvette n°64 et la Ferrari n° 51 . Les Porsche sont élimines suite à une rupture moteur sur la n° 91 et des ennuis de boite de vitesse sur la 92. Au petit matin on assiste à une bataille entre la Corvette et la Ferrari mais la mécanique de la belle italienne ne résiste pas. C’est la Corvette C7.R n°64 de l’équipage Gavin-Taylor-Miller qui monte sur la première marche du podium, ils offrent à l’équipe Corvette Racing une huitième victoire aux 24 heures du Mans .C’est une belle récompense pour cette l’équipe Américaine suite au forfait de la n°63 éliminée par la sortie de route de Jan Magnussen aux essais du jeudi soir. Curieusement cette équipe aussi puissante qu’elle soit n’avait pas prévu de chassis de rechange.

En LM GTE Am, dominatrice en qualifications l’Aston Martin°98 a fait la course en tête jusqu’a ce que le Canadien Paul Dalla Lana sorte au virage Ford a moins d’une heure de l’arrivée et tape le rail, Indemne mais ne pouvant repartir, il laissant la victoire à la Ferrari n°72 de Basov-Shaytar-Bertolini devant la Porsche n°77 du Dempsey Proton Racing, Patrick Dempsey réalise son rêve de monter sur le podium des 24 heures du Mans.

Cette édition a connu un immense succès populaire, 263500 spectateurs ont assisté aux 83ème 24 heures du Mans, l’arrivée de grands constructeurs comme Porsche a surement contribué à cet engouement. Porsche s’offre une 17ème victoire et lance le challenge pour 2016.
Michel MORILLON

CLASSEMENT
LMP1
1 – BAMBER-HULKENBERG-TANDY / PORSCHE 919 HYDRID
2 – BERNHARD-HARTLAY-WEBBER / PORSCHE 919 HYBRID
3 – FASSLER-LOTTERER-TRELUTER / AUDI R18 e-tron

LMP2
1 – BRADLAY-HOWON-LAPIERRE / ORECA 05-NISSAN
2 – DOLAN-EVANS-TURVEY / GIBSON 015S
3 – BIRD-RSINOV-CANAL / LIGIER JS P2

LM GTE Pro
1 – GAVIN-MILNER-TAYLOR / CORVETTE C7.R
2 – BERETTA-CALADO-RIDON / FERRARI 458 ITALIA
3 – BRUNI-FISICHELLA-VILANDER / FERRARI 458 ITALIA

LM GTE Am
1 – BASOV-BERTOLINI-SHAYTAR / FERRARI 458 ITALIA
2 – DEMPSEY-LONG-SEEFRIED / PORSCHE RSR
3 – BELL-SEGAL-SWEEDLER / FERRARI 458 ITALIA

Articles associés