Une voie dédiée au covoiturage sur les autoroutes, c’est la nouvelle idée de l’APRR. Le principe consiste à compter le nombre d’occupants dans un véhicule. Un vœu pieux, pour l’instant testé sur l’A6.

Combien d’occupants dans une voiture ? C’est la question que se pose le nouveau système installé sur l’A6 à hauteur de Mâcon-Nord dans le sens Paris/ Lyon. Cette expérimentation est menée par le groupe autoroutier APRR en collaboration avec la société Pryntec dans le but de tester une solution permettant le comptage automatique du nombre d’occupants dans une voiture. Concrètement, depuis le 10 mai 2019, une solution intelligente installée sur le terre-plein central, permet d’analyser le taux d’occupation des véhicules roulant à grande vitesse(130 km/h)

Selon APRR, cette action vise à ouvrir la voie au covoiturage, c’est-à-dire aux véhicules à nombre d’occupants élevés sur certains axes périurbains. Si le geste est louable sur le fond, la méthode est discutable.

Pourquoi compter les occupants dans les véhicules ? Pour fluidifier la circulation des personnes utilisant le covoiturage. Un gage de bonne volonté pour un trafic plus fluide de la part des utilisateurs du covoiturage ? Peut-être. Mais alors, comment différencier une voiture dont les occupants ne font que du covoiturage de celles qui ne le font pas ? Même si cette nouvelle technologie utilise le deep Learning, autrement dit l’auto-apprentissage, le logiciel ne fera certainement pas la différence entre une voiture dont les occupants sont de la même famille et celle qui transporte des collègues.

Le système paraît un peu fébrile, voire sans véritable intérêt si ce n’est celui de compter les occupants d’un véhicule sur la voie de gauche. Encore en test ! L’avenir nous dira si la voie réservée au covoiturage sera généralisée ou sans issue ?

Mica Guimard

Articles associés