Honda travaille à rebrousse-poil en sortant une Civic diesel. Mais attention, rien à voir avec les moteurs bruyants, polluants et désagréables à la conduite. Chez Honda, c’est tout le contraire.

 

Est-ce bien raisonnable ? Au crépuscule du diesel, les résistants se comptent sur les doigts d’une seule main. Un constructeur, venant du soleil levant, remet les pendules à l’heure sur le diesel en proposant une Civic 1,6 DTEC 120 cv.

En Europe, l’essence et l’hybride récoltent les bons points. Exit le diesel, qui revient à ses origines : l’équipement des camions, cars ou véhicules de société pour effectuer de longs trajets. Mais Honda, motoriste de renom, n’a pas lâché l’affaire… du diesel. Il nage à contre-courant et voit en face de lui une grande majorité de constructeurs délaisser ce carburant. Pour rendre le gas-oil attrayant, il a développé un tout nouveau moteur 1,6 turbo à géométrie variable dont les pistons sont en acier forgé. Le tout est agrémenté d’un traitement des surfaces pour réduire les frictions et d’un système de gestion des Nox.

Au volant, cela se traduit par moins de vibrations, plus de discrétion et une consommation raisonnable. Par ailleurs, sa vivacité est disponible dès 2000 tr/mn ce qui est un atout en ville, lors des nombreuses accélérations. A cela, il faut ajouter une boîte mécanique facile à manier et le tour est joué (la boîte automatique à 9 rapports sera disponible en septembre 2018). Vous avez une voiture polyvalente, bien armée pour les cycles urbains et les longs déplacements.

Faite pour les commerciaux

Grâce à cette nouvelle motorisation, la Honda Civic fait les yeux doux aux nombreux commerciaux et salariés des entreprises. La cible principale de la Civic c’est bien le monde des entreprises. Et pour cela, ses émissions de C02 de 93 g/km lui permettent d’échapper à la hausse de la taxe sur les véhicules de société, la fameuse TVS.

Sobre, efficace, fonctionnel, sont les principaux adjectifs qui caractérisent l’espace intérieur. Et la version de base, Elégance, propose, entre autres,  les sièges chauffants, le régulateur adaptatif. Côté volume, le coffre de 414 litres reste dans le haut du classement, même si l’auto perd en modularité.

Pour acquérir cette nippone, il faudra débourser 24 590 euros en version de base Elégance, soit

1 400 euros de plus que la version essence. Presque une goutte de gas-oil en comparaison de la consommation qui se situe à 4,5l/100km. Non, le diesel n’est pas mort, il s’adapte.

 

J Meloni

Articles associés