La nouvelle Citroën C3 fait table rase du passé. Finie la boule à zéro du premier modèle apparu en 2002. Désormais, la troisième génération de C3 obéit aux nouvelles règles du style contemporain.

Les lignes extérieures cassent l’allure précédente en apportant un côté plus affirmé, plus musclé. Il faut dire que le marché des citadines qui ont du peps et du dynamisme est porteur. Les concurrents l’ont déjà compris, comme Peugeot avec sa 208 ou encore Renault et sa Clio. A son tour, Citroën leur emboîte le pas.

Les designers ont donc joué avec les lignes et la C4 Cactus a été, pour une grande part, une source d’inspiration. La nouvelle C3 lui emprunte même les airbumps. Les nombreuses couleurs de série et de toit permettent de créer pas moins de 36 combinaisons différentes, sans compter les possibilités de personnalisation. Et Citroën n’a pas hésité à pousser celle-ci dans les moindres détails. Ainsi, l’auto soigne son look avec des touches de couleurs à l’intérieur des coques antibrouillard, ou sur celles des rétroviseurs.

A l’intérieur, le changement est total. La nouvelle planche de bord s’inspire de celle du C4. Rectiligne et déjà devenue un standard chez Citroën, elle accueille en son centre un écran tactile. L’auto a cependant quelques défauts, mais qui n’en a pas ? A savoir des plastiques encore durs dans l’habitacle. Elle se rattrape grâce à un équipement de base relativement complet qui comprend par ailleurs le pack safety avec avertisseur de franchissement de ligne, la reconnaissance des panneaux et la surveillance du conducteur.

Sous le capot, le bloc essence de 82 ch Puretech 1,2l, trois cylindres reste convaincant malgré des accélérations un peu poussives. Mais, en milieu urbain, il fait le job. Cela n’empêche pas le C3 d’engloutir 7l/100 km.

Cette citadine reste bien placée face aux concurrentes comme la Peugeot 208 et la Clio. Son principal atout : son prix de départ à 13750 euros.

M Morillon

Articles associés