Après avoir reçu plusieurs prix dont celui de la voiture de l’année pour l’Astra, Opel a décliné sa berline en break. Baptisée Sports Tourer, cette nouvelle Astra ne fait pas dans l’originalité ni dans la fantaisie.

Les lignes extérieures plus dynamiques, voire même sportives laissent de côté le classicisme de la version précédente. Elle emprunte la plate-forme de la berline et gagne au passage un allègement de 190 kg. L’auto s’allonge de 33 cm pour atteindre 4,70 m.

Derrière le volant, les changements sont à peine visibles. De nombreux boutons ont disparu. L’Opel reste avare en rangements. Par ailleurs, la qualité des matériaux reste encore perfectible. Les places arrières sont généreuses et le coffre de 540 litres s’inscrit dans la moyenne.

Son seuil de chargement assez bas et son ouverture large permettent d’engouffrer des objets encombrants sans trop de peine. Une fois les dossiers rabattus, le volume passe à 1630 litres. Pour 250 euros de plus, Opel propose le Pack Flexibilité avec les dossiers rabattables en trois parties grâce à un bouton situé dans le coffre.

Une astuce qui s’avère très pratique pour à la fois transporter des passagers à l’arrière et charger le coffre.

Il profite également d’un bon châssis ce qui n’a pas toujours été le cas chez Opel. Les suspensions absorbent les imperfections de la route procurant un certain confort aux occupants.

Côté moteur, le Sports Tourer ne compte pas moins de trois motorisations diesel : 1,6 CDTI 110 ch, 136 ch et 1,6 CDTI 160 ch doté de deux turbos.

Nous retiendrons le premier bloc de 110 ch. Il ne fait pas de folie sur la route mais reste très sobre en terme de consommation. Il est proposé au catalogue à partir de 24 000 euros. Un positionnement avantageux face à la concurrence.

V Marquis

 

 

Articles associés