Dessiner des pneus, c’est la passion d’Armand, qui a intégré le département de design de l’équipementier Dunlop. Il crée avec fougue et sans contrainte les futurs pneus de demain.

 

Armand Leconte est créateur de pneus au sein d’un équipe de design chez Dunlop. Au premier abord, on pourrait croire que le pneu a un dessin assez banal. C’est une fausse idée car, en vérité, le pneu passe par de nombreuses phases de créations souvent originales pour aboutir au final à un dessin qui allie esthétique, technique et performance. Ces nombreuses étapes de dessin sont imaginées et réalisées par des designers comme Armand Leconte.

Et comme Obélix, il est tombé dans la gomme tout petit. Son premier mot, de l’aveu de son père, a été « roue cassée » en voyant son père changer un pneu sur sa vieille Peugeot 203. La passion de la voiture était déjà dans ses gènes.

« Drôle de boulot »

Après des études à Strate Collège, son diplôme de designer sous le bras, il travaille chez Hoalen, fabricant de vêtements de surf en Bretagne. Et puis, très vite, il rejoint la société Dunlop en tant que designer. Son rêve, qui vient de se réaliser, est très certainement dû à la lecture des bandes dessinées Michel Vaillant, pilote de F1, qui frôlait les panneaux aux couleurs de l’équipementier pour franchir le premier la ligne d’arrivée.

Désormais Armand dessine des pneus. Drôle de « boulot ». Dessiner des autos, des maisons, des villes… c’est assez évident, mais des pneus. L’activité ne paraît pas très précise à première vue. Mais Armand nous assure que le dessin d’un pneu est primordial pour sa conception. Et, cerise sur le pneu, les designers comme Armand ont une liberté totale pour imaginer un nouveau pneumatique. Ils peuvent laisser rouler leur imagination dans la phase initiale. Les contraintes techniques viendront plus tard.

Une inspiration débordante

Armand dessine à la main. Son inspiration l’a même amené à dessiner un lion qui rugit sur le flan d’un pneu. Et d’ajouter, un brin de malice dans les yeux, « pour les pneus hiver, nous pouvons nous inspirer des ours, par exemple ». Les possibilités sont immenses, presque infinies et Armand n’hésite pas à mettre la gomme pour trouver des idées originales.

C’est seulement dans une deuxième phase plus technique, que les ingénieurs mettent leur grain de sel dans cette histoire. Peu à peu, les contraintes techniques définies par les ingénieurs rentrent en ligne de compte. C’est à ce moment qu’un pneu prend naissance pour devenir réalité.

Armand ne laisserait pour rien au monde son métier qu’il considère plutôt comme un état d’esprit, où l’inspiration est son moteur. C’est gonflé à bloc qu’il a hâte d’expérimenter de nouveaux univers, toujours sur les pneus.

Mica Guimard

Articles associés