Trois jours seulement après l’arrivée du 88ème Rallye Automobile Monte-Carlo moderne remporté avec panache par Thierry Neuville sur sa Hyundai i20, c’est au tour des anciennes gloires de prendre la route pour le  23ème Rallye Monte-Carlo Historique, épreuve qui célèbre cette année le 60ème anniversaire de la victoire de la Mercedes 220 SE n°128 de l’équipage Walter Schock / Rolf Moll. 

La succession de   Michel Badosa et Mogens Reidl, dernier vainqueur en date sur Renault 8 Major, est désormais ouverte…

Parmi les concurrents engagés on trouve des pilotes qui nous ont fait rêver et notamment cette année le roi Walter Röhrl avec quatre succès au Rallye Monté-Carlo (1980, 1982, 1983, 1984) sur quatre montures différentes, Fiat 131 Abarth, Opel Ascona 400, Lancia 037 et enfin l’Audi Quattro A2. Il fait son retour en compagnie de son fidèle coéquipier Christian Geistdorfer sur une Porsche 911 SC de 1979. Après une expérience originale avec une Vespa 400, Bruno Saby revient avec une auto plus conforme à ses ambitions, une R5 Alpine groupe 2. Rauno Aaltonen fidèle à sa Mini Cooper S n° 277 et vainqueur du rallye en 1967, a toujours la passion du Rallye Monté-Carlo à 81 ans, sans oublier Kenjiro Shinozuka (Datsun Cherry Coupé) vainqueur du Rallye Paris Dakar en 1997.

Les anciens vainqueurs sont également au départ, Daniele Perfetti (Lancia Stratos n° 3), le Belge Decremer (Ascona 2000 n° 2), Jean-Pierre Coppola et son étonnante Alpine  A110 1600 S de couleur Bordeaux. Notons quelques VIP comme Carlos Antunes-Tavares PDG du Groupe PSA qui bricole avec sa bande de copains sa Peugeot 104 ZS groupe 2, Antonio Sainz le frère  de Carlos (triple vainqueur de l’épreuve moderne) engagé sur une Porsche 912 de 1966.

Parmi les véhicules insolites, on peut admirer une rare Renault Frégate n° 162, des Volga M21 qui proviennent de l’ex-Union Soviétique, un très joli coupé Glas 1300 GT n°283 et les incontournables Citröen, une  Diane de 1966 accompagnée par une 2 CV de 1977 engagée par des Espagnols.

Le Rallye Monté-Carlo Historique a encore fait le plein d’engagés avec 310 concurrents qui vont en découdre sur 15 SR (secteur de régularité) en passant par l’Ardèche, la Drôme, et la mythique spéciale du Turini à parcourir de nuit.

Après les deux premières SR tous les concurrents se regroupent à Valence pour un premier classement. Tous les équipages veulent tirer leur épingle du jeu et c’est l’étonnante Jaguar XK 150 du Lithuanien Karolis Raisys  partie avec le n° 301 qui prend la tête du rallye.

Pour l’étape de classement dans l’Ardèche, où résonne les noms Burzet, Le Moulinon, le village d’Antraigues rendu célèbre par Yves Jouanny et son restaurant La Remise qui distribue depuis des années à tous les équipages sa  tarte aux pommes. Les Danois sont à l’honneur de cette journée et trustent les deux premières places, c’est Henrik Bjerregaard (Ford Escort RS 2000 n°110) qui rentre à Valence en tête du classement général devant Lars Hindsgaul (Fiat 128 Coupé n°128). 

Les deux étapes complémentaires autour de Valence ne changent rien au classement général, les concurrents rejoignent Monaco pour le round final et la mythique nuit du Turini. Henrik Bjerregaard (Ford Escort RS 2000 n°110) garde son sang froid et empoche sa première victoire au Rallye Monté-Carlo Historique, il devance pour le podium les Espagnols Rafael Fernandez Cosin (Lancia Fluvia HF n° 25) et Juan Carlos Zorrilla-Hierro ( Golf GTI n° 85).

A noté la belle performance de Bruno Saby (R5 Alpine n° 38) qui remonte de la 17ème à la 4ème place à une petite seconde du podium.

Cette 23ème édition du rallye Monté-Carlo historique a tenu toutes ses promesses, un suspens pour la victoire jusqu’au dernier kilomètre et un public toujours nombreux à s’intéresser à ces anciennes gloires. 

Michel MORILLON

Articles associés